DE L'IMPORTANCE DU TERRITOIRE

Mis à jour : avr. 9

Réflexions sur la réapropriation de nos territoires en sorcellerie

Ici commence et finit un long sentier de ce que Gemma Gary nomme "serpent flow"

En traînant sur Instagram aujourd'hui j'ai croisé une story de La lune Mauve me faisant savoir que lors d'une conférence de Mrs. Root Books parlant de l'appropriation culturelle j'avais été citée comme un des (nombreux) exemples de personnes travaillant avec la magie verte d'une approche locale et rurale. Une pensée m'a traversé l'esprit en relation à notre rapport à l'appropriation culturelle en magie et sorcellerie, et c'est que non seulement l'appropriation culturelle dans notre communauté est un problème évident mais il en soulève aussi un autre d'un tout autre genre : Le délaissement de nos territoires, traditions et savoirs populaires.

Il est évident que les sources ne sont pas nombreuses et qu'il est difficile d'avoir un accès immédiat (sur le net par exemple) aux pratiques magiques rurales françaises ou d'autres origines d'ailleurs. Le néophyte sera bien plus souvent attiré par le soft power américain dont la littérature et les sources inondent les réseaux et la toile. Nous habitons pour la plupart en ville et les zones rurales sont désertes. Je suis moi-même très éloignée de mon territoire d'origine et j'ai accès à peu d'informations sur les pratiques magico-religieuses basques, qui de plus par le caractère secret et réprimé et oraculaire de ma culture n'abondent pas non plus.

Ce que je tente de dire c'est que nous avons un devoir. Envers nos ancêtres. Envers les esprits de nos lieux. Il n'est certes pas toujours facile d'avoir accès à la nature aujourd'hui mais c'est malheureusement notre devoir. Si nous voulons jeter le capitalisme hors de notre vie et notre magie (quelle utopie hein?) nous nous devons de nous réapproprier nos territoires afin d'éveiller leurs esprits et leur rendre ce qui leur a été enlevé. Le respect, pour commencer.

Une des approches les plus efficaces pour connecter avec les esprits de la nature et marcher sur le chemin de l'herbalisme de l'occulte est celui que Daniel A. Shulke nomme "Topothesía" (savoir du territoire) ou The path of the Witness (le chemin du témoin) : "Pathway of the Rootedness, as its work arises from dwelling in one locale for an extended time, and incepting a certain intimacy with the powers and entities that animate its natural processes" En d'autres termes, de la Phénologie.

Comme dit plus haut, j'ai bien conscience de notre urbanité. Mais cela ne devrait pas être un obstacle. Choisissez un lieu. Un lieu en nature, facile d'accès depuis chez vous ou ne nécessitant pas d'y emménager pour vous y rendre régulièrement, et qui vous parle. Un lieu qui, après l'avoir quitté, vous a fait ressentir l'agrandissement de votre âme. Voilà. Celui-là.

À LA RECHERCHE DU GENIUS LOCCI

Allez-y. Et cette fois-ci, n'y allez pas pour vous "ressourcer" allez-y pour LE ressourcer. Amenez une offrande. Marchez consciemment puis observez. Quelles plantes attirent votre attention? À quel moment de l'année sommes-nous?


POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, RDV SUR MA PAGE PATREON, OÙ VOUS AVEZ ACCÈS A TOUS MES ECRITS, REFLEXIONS, ET BIEN PLUS, À PARTIR DE 2 EUROS PAR MOIS SEULEMENT :



1,246 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout